VOLUPTÉ

Clitoridette, m’amourette,

Ôte ta jolie robe d’or,

Tes roses bas, chemise nette,

Et découvre pour moi le con,

Le con que j’aime, aux cheveux noirs,

Le cul où tu m’admets ce soir, 

Les seins je baise, que j’adore, 

Tous les secrets de ton boudoir.

 

‘Viens a moi, qui, raide, couche,

Attendant tes désirs lubriques;

Tu suces et couvres dans la bouche 

De l’amour le pouce phallique;

Je tremble, en mourant avec feu,

Voyant la clarté de tes yeux,

Leur flamme méchante, saphique,

Brûlant en langueur amoureux.

 

Laisse mon épée affaiblie,

Donne à mes baisere la vagine

D’où je suc’rai de l’eau-de-lys,

Et te ferai comme divine.

La langue qui cherche tes reins, [55]

Les genoux qui pressent tes seins,

Te feraient déesse, ma mine,

Je mordrai, et tu cries en vain.

 

Alors, de nouvelle énergie,

Je jette entre tes jolies cuisses,

Dedans ton cul, ce fleur-de-lys,

Long, gros, et ardent. Ça, il glisse

En haut, en bas. La passion croit

Fiévreux, furieux, pour toi!

Vient, la crise du délice!….

Ah, je suis mort!…. Embrasse-moi!! [56]

 

Preface | Dedicace | Prefatory Sonnet to the Virgin Mary | A Fragment | The Rainbow | With a Copy of ‘Poems and Ballads’ | Ad Lydiam, Ut Secum A Martio Fugeret | Contra Conjugium T.B.B. | A Ballad of Choosing | A Jealous Lover | Ballade de la Jolie Marion | At Stockholm | Mathilde | Yet Time To Turn | All Night | Ode to Venus Callipyge | Volupté | …